• Il n'y a aucune suggestion car le champ de recherche est vide

Type de contenu

Sommaire

Gestion Passive vs Gestion Active : comment mettre en place sa stratégie d'investissement ?

Publié le 3 mai 2024

Mise à jour le 2 juillet 2024

Avatar de Etienne de Saint-Germain

By Etienne de Saint-Germain, Etienne de Saint-Germain a rejoint Sapians comme family-officer, après plusieurs expériences en gestion privée.

Sommaire

La gestion passive et la gestion active sont deux méthodes d'investissement fondamentales, chacune répondant à des stratégies et objectifs distincts.  

La gestion passive repose sur l'idée de répliquer la composition et les performances d'un indice de marché spécifique, sans essayer de le surpasser. Les produits financiers tels que les ETF (Exchange-Traded Funds) illustrent bien cette stratégie, car ils peuvent être structurés pour suivre des indices de marchés ou bien plus récemment le cours d’une cryptomonnaie.  

À l'opposé, la gestion active consiste à sélectionner de manière dynamique les titres à inclure dans un portefeuille, avec l’objectif de battre son indice de référence. Cette gestion est souvent caractérisée par les fonds actifs (OPCVM).  

Lorsqu'il s'agit d'investir sur les marchés financiers, une décision fondamentale s'impose : opter pour une stratégie passive ou choisir la gestion active. Chaque approche possède ses spécificités, risques et avantages, qui influencent significativement le développement d'un portefeuille d'investissement boursier 

Vous souhaitez diversifier votre patrimoine en découvrant de nouvelles opportunités ? Inscrivez vous sur notre plateforme.

 

La gestion passive est-elle la clé d'un investissement réussi ? 

La gestion passive, privilégiant les coûts réduits et la diversification à travers des fonds indiciels, est souvent saluée comme la voie royale vers un investissement fructueux, adaptée à l'investisseur moyen cherchant performance et simplicité. 

Qu’est-ce-que la gestion passive ? 

La gestion passive est une stratégie d'investissement qui vise à investir efficacement en y passant un minimum de temps (d’où le terme de passif).  

Cette stratégie est souvent représentée par la gestion indicielle qui consiste à investir dans un ETF reproduisant fidèlement la performance d'un indice de marché. Le temps passé normalement à la sélection des sociétés est très réduit puisque vous achetez un panier d’action au sein de l’indice (exemple : l’ETF S&P 500 vous permet d’accéder facilement aux 500 plus grosses sociétés cotées américaines).  

La gestion passive est souvent associée avec un investissement unique ou régulier indépendant des timings de marché. Le temps passé à l’analyse du meilleur timing d’investissement est donc ici aussi réduit.  

L’ETF est un algorithme pensé pour répliquer un indice et son fonctionnement est donc très basique. Cette approche minimise les coûts de transaction et de gestion, en raison d'une activité de trading réduite.  

 

Exemple typique : un ETF qui suit le S&P 500 permet aux investisseurs d'obtenir la diversification et la performance globale de cet indice, sans avoir à acheter individuellement chaque action qui le compose. 

 

Comment réussit-on à répliquer les performances d'un indice ? 

ETF à réplication physique 

Les ETF à réplication physique détiennent les titres de l'indice qu'ils suivent, utilisant deux approches distinctes :  

  • La réplication complète, où tous les titres de l'indice sont détenus avec les mêmes pondérations que dans l'indice lui-même.  
  • La réplication partielle, où seules certaines parties des titres de l'indice sont incluses dans l'ETF. La réplication partielle est souvent utilisée pour des indices larges ou illiquides, où les coûts de la réplication complète pourraient impacter négativement les performances de l'ETF. 

 ETF à réplication synthétique 

Les ETF à réplication synthétique visent également à suivre un indice spécifique, tel que le S&P500, mais plutôt que de détenir physiquement les titres, ils utilisent des produits dérivés pour obtenir le même résultat. Par exemple, un ETF S&P500 pourrait utiliser un contrat avec une institution financière pour recevoir le rendement de l'indice en échange d'un montant convenu.  

Ces ETF permettent d'accéder à des marchés difficiles à atteindre pour les fonds à réplication physique, comme les marchés des matières premières ou certains marchés émergents, mais ils comportent le risque que l'une des parties contractuelles ne puisse pas remplir ses obligations, également connu sous le nom de risque de défaut. 

Ils permettent également d’accéder à des zones géographiques précises dans des enveloppes à l’intérieures desquelles il n’est théoriquement pas possible d’investir (exemple : investir en dehors de l’Europe au sein d’un PEA).   


Gestion passive : pourquoi privilégier une stratégie à coûts réduits ? 

Les coûts jouent un rôle majeur dans le rendement net d'un investissement. En limitant les coûts de transaction, les coûts liés aux équipes d’analystes et de gérants, un ETF affiche généralement des frais de gestion annuels aux alentours de 0,20%, là où une gestion active affichera 1,50% en moyenne 

Les équipes de gestion actives sont également souvent intéressées à la surperformance de leurs fonds. Si le fonds géré génère une performance supérieure à son indice (ou simplement à un montant fixé), une partie de cette surperformance rémunèrera les équipes de gestion – au détriment de l’investisseur.  

L’avantage de bénéficier d’une stratégie à coûts réduits est que cette économie est certaine. Sur le long-terme, une économie de coûts est très significative en termes de gains de performance.

Besoin de faire le point sur votre stratégie patrimoniale ? Faites le bilan en quelques clics !

En quoi la simplicité la diversification et la transparence sont-elles essentielles dans le cadre d’une stratégie d’investissement passive ? 

La simplicité rend la gestion passive accessible à tous, sans connaissance financière nécessaire. La gestion passive est accessible dans la plupart des contrats d’assurance-vie, PEA ou comptes titres pour un faible ticket d’entrée 

En ligne, ces véhicules d’investissements peuvent être sélectionnés eux aussi avec des frais de transaction très bas.   

La transparence des ETF est également importante car ils répliquent des indices publics. Tout est fortement réglementé et il est très simple de suivre leur évolution.  

Enfin, la diversification par nature des indices permet à l’investisseur de limiter ses risques car son placement sera diversifié sur toutes les sociétés qui composent l’indice choisi.  

 

Opter pour une stratégie de gestion active : viser la surperformance ? 

Comment définir la gestion active dans le cadre d’une stratégie d’investissement ? 

La gestion active repose sur l'analyse et la sélection minutieuses d'actifs, avec l'espoir de surpasser un indice de référence. Par exemple, un gérant travaillant sur un portefeuille composé d’actions françaises cherchera à battre sur un an la performance du CAC40. 

Chaque investisseur peut gérer activement ses fonds mais on retrouve traditionnellement la gestion active chez les professionnels. Au sein d’une société de gestion d’actifs, une équipe composée d’un ou plusieurs gérants et d’analystes aura la charge de gérer un portefeuille de titres cotés. Grâce à leur expérience, leurs compétences et tous les outils à leur disposition, ces équipes ont pour objectif de maximiser la performance de leur portefeuille.  

Cette approche exige une expertise considérable en analyse de marché et une capacité à anticiper les fluctuations économiques, une tâche complexe même pour les professionnels chevronnés. 

Il existe de très nombreux mécanismes de gestion active (stock picking, arbitrage, global-macro, long-short…) et de nombreuses stratégies (zones géographiques, secteurs d’activité, taille d’entreprises…).

Quels bénéfices la gestion active peut-elle apporter ? 

La gestion active propose plusieurs avantages clés qui peuvent être déterminants pour les investisseurs cherchant à personnaliser leur portefeuille et à potentiellement surpasser le marché.  

Tout d’abord, elle offre une flexibilité significative dans le choix des sociétés, permettant aux gestionnaires de ne pas se limiter à un panier prédéfini d'actions. Ils peuvent ainsi sélectionner celles qui correspondent le mieux à leur stratégie de conviction. Cette gestion de conviction se traduit souvent par moins de lignes en portefeuille comparativement aux indices, permettant une concentration sur les titres les plus prometteurs. 

Par ailleurs, la gestion active permet l'implémentation de stratégies spécifiques, comme l'utilisation de produits dérivés dans une optique de stratégie long/short ou la création de fonds regroupant plusieurs classes d'actifs tels que les actions, les obligations et les produits monétaires. Cela offre une diversification et une adaptation potentiellement plus grande aux conditions changeantes du marché. 

Un autre avantage significatif de la gestion active est la possibilité de donner du sens à l'investissement. Certains fonds actifs portent des labels significatifs, tels que Greenfin, indiquant un engagement envers des critères environnementaux ou sociaux, ce que les ETFs reproduisant fidèlement des indices ne proposent pas toujours. 

La gestion active est également pertinente pour les investissements dans des tailles d'entreprises moins couvertes par les ETF, comme les petites capitalisations (small caps) ou des connaissances spécifiques et une analyse détaillée peuvent conduire à des découvertes de valeur ajoutée. 

En outre, certains fonds actifs se concentrent sur des stratégies thématiques très précises, difficiles à retrouver dans un ETF, permettant ainsi d'investir directement dans des tendances ou des secteurs spécifiques selon des convictions fortes (santé, technologies, vieillissement de la population). 

Pour finir, l'objectif principal de la gestion active est de surperformer le marché. Bien que tous les gestionnaires n'y parviennent pas systématiquement, ceux qui réussissent démontrent l'avantage potentiel de cette approche face aux retournements de marché et aux downturns, grâce à des ajustements tactiques qui peuvent significativement atténuer les pertes. Toutefois, il est important de noter que ces avantages peuvent parfois être érodés par des coûts élevés et la complexité d'exécuter ces stratégies de manière consistante. 

La gestion active peut-elle profiter efficacement des hausses et baisses de marché ? 

De manière générale, il est très compliqué d’investir au bon moment. Trouver le bon timing de marché nécessite beaucoup d’analyse en amont mais finalement surtout un réel alignement de planètes.  

Ainsi, bien que les gérants actifs bénéficient de la souplesse nécessaire pour acheter et vendre au bon moment, les fonds qui arrivent à timer efficacement le marché sont très rares.  

En théorie, la gestion active peut réagir rapidement en cas d’inversion des courbes de marché et limiter les pertes le cas échéant.  

La réalité montre que prédire et éviter ces downturns est extrêmement difficile. De nombreux fonds actifs ont subi de plein fouet les corrections du marché, malgré leurs efforts de gestion du risque. 

Pourquoi les frais élevés de la gestion active représentent-ils un obstacle majeur pour investir ? 

Les frais élevés constituent le talon d'Achille de la gestion active. Pour surclasser le marché, un fonds actif doit non seulement générer des rendements supérieurs mais aussi couvrir ces coûts supplémentaires. Cet objectif est de plus en plus difficile à atteindre dans un environnement de marché compétitif. 

Ainsi, bien que la gestion active puisse sembler attrayante pour sa promesse de surperformance, les inconvénients, notamment les frais élevés, les défis de sélection et de timing, ainsi que la difficulté d'éviter les pertes durant les downturns du marché, doivent être soigneusement examinés.

Pour de nombreux investisseurs, surtout ceux à long terme, une approche plus passive peut offrir un chemin moins coûteux et potentiellement plus sûr vers la croissance de leur patrimoine. 

 

Gestion active vs gestion passive : quelle stratégie offre la meilleure performance sur le long terme ? 

La quête de la meilleure stratégie d'investissement est au cœur des débats financiers, opposant souvent la gestion active à la gestion passive. Lorsqu'on examine la performance à long terme, la gestion passive tend à se démarquer pour plusieurs raisons essentielles. 

Comment les performances de la gestion passive et active se comparent-elles à travers le temps ? 

Bien que la gestion passive ne garantisse pas une surperformance par rapport au marché, elle assure de suivre la performance de l'indice, déduction faite des frais. Cette approche s'avère souvent efficace quand on considère les résultats de l'étude SPIVA réalisée chaque année par Standards & Poors, qui révèle que 90% des gérants actifs ne parviennent pas à surperformer le marché.  

Cette statistique reste à relativiser pour plusieurs raisons :  

  • Certains fonds actifs ont des mécanismes d’investissement et des stratégies qu’il est difficile à comparer à un indice précis ; 

  • Certains gérants parviennent depuis de nombreuses années à battre leur indice de référence, à la hausse comme à la baisse.  

De quelle manière les frais influencent-ils les retours sur investissement ? 

Les frais jouent un rôle crucial dans les retours sur investissement.  
  • La gestion active, avec ses coûts de transaction élevés et ses frais de gestion annuels de 1,5 % en moyenne pour les fonds en actions, tend à réduire significativement les rendements nets pour l'investisseur.  

  • À l'inverse, la gestion passive offre des coûts nettement inférieurs, typiquement entre 0,1 % et 0,5 % de frais de gestion annuels pour les ETF. Ceci permet ainsi aux investissements de croître plus efficacement grâce à l'effet de la capitalisation des intérêts sur une période prolongée.  

Exemple : pour un investissement de 100 000 €, la différence de frais entre un fonds actif et un ETF représente 16 000 € sur 10ans et près de 34 000 € sur 20 ans.  

 

Téléchargez gratuitement notre guide des frais pour apprendre à décrypter et négocier les frais de vos investissements !

Gestion passive vs gestion active : que révèlent les expériences des investisseurs et analystes ? 

De nombreux témoignages d'investisseurs et analyses d'experts financiers penchent en faveur de la gestion passive pour les investisseurs à long terme. Cette préférence est souvent attribuée à la simplicité, la prévisibilité et l'efficience fiscale de la gestion passive, des attributs qui contribuent à sa performance supérieure après déduction des frais.  

La complexité et la difficulté inhérentes au market timing en gestion active ajoutent un risque supplémentaire, rendant cette approche moins attractive pour ceux qui recherchent une croissance stable et durable de leur patrimoine. 

 

Comment choisir une stratégie d'investissement adaptée à ses besoins ? 

Comme évoqué plus haut, il est compliqué d’opposer formellement gestion passive et active.  

A ce titre, les deux modes de gestion peuvent être complémentaires et répondre à différents objectifs ou bien simplement répondre à une stratégie globale de diversification.  

Il est tout à fait pertinent dans une stratégie d’investissement à long-terme de coupler la sélection active de quelques actions avec des ETF globaux. La sélection de titres aura pour objectif de rechercher une performance plus importante et les ETF globaux à bénéficier quoi qu’il arrive de la performance des marchés.  

Il faut cependant notifier l’impact prohibitif des frais sur la performance à long-terme de la gestion active. Chez Sapians, nous sommes convaincus que la gestion indicielle via des ETF permet de s’exposer efficacement et simplement aux marchés financiers sur le long-terme et que les frais supplémentaires de la gestion active ne sont pas récompensés par la performance globale de cette stratégie.  

Choisir la bonne stratégie d'investissement dépend de vos objectifs financiers, de votre horizon de placement et de votre tolérance au risque. Avec des solutions comme celles proposées par Sapians, vous pouvez bénéficier de la simplicité et des faibles coûts de la gestion passive, tout en ayant accès à une plateforme qui facilite la souscription et offre du confort, vous faisant gagner du temps. 

L'offre de Sapians, en partenariat avec iShares par BlackRock, met à disposition une gamme d'ETFs conçue pour répondre à divers profils de risque et objectifs d'investissement.  Que vous cherchiez une approche conservatrice, modérée ou orientée vers la croissance, il existe forcément un ETF adapté à vos besoins. 

Que vous soyez de ceux qui privilégient une solution prudente, équilibrée ou dynamique, nous avons des offres dont la répartition entre actions et  obligations permet de proposer des couple performance cible / risques variés. 

Rendez-vous sur la plateforme Sapians pour consulter le détail de nos offres d'ETF et sélectionner celle qui vous correspond ! 



Chaque option intègre des critères ESG & SFDR, reflétant une prise de conscience des enjeux sociaux et environnementaux. De plus, avec un TER total expense ratio très compétitif de 0,25 %, ces ETFs offrent une option économiquement efficace. 

En vous appuyant sur l'expertise de Sapians et les performances reconnues d'iShares, vous pouvez construire un portefeuille qui reflète votre tolérance au risque tout en restant concentré sur des investissements responsables et performants. Il est crucial de se rappeler qu'en investissement, il n'existe pas de rendement minimum garanti et que vous pourriez perdre tout ou partie de votre investissement, d'où l'importance de choisir judicieusement en fonction de vos besoins personnels. 

Prenez rendez-vous avec  un des conseillers Sapians pour échanger sur votre stratégie d'investissement.

Découvrez d'autres catégories

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Postez un commentaire juste ici afin de partager votre remarque avec tous nos lecteurs. 

Nous suivre

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez chaque mois des conseils pour mieux investir, des outils pour vous former et des invitations à nos évènements !

Logo-LinkedIn Suivez-nous sur LinkedIn